Imprimer

Soucieux de centrer les soins sur le milieu de vie des personnes atteintes de
troubles mentaux, le SPF Santé Publique lance en 2002 un appel à projet à destination
des Initiatives d’Habitations Protégées pour développer des dispositifs
d’aide aux personnes séjournant à domicile : les SPAD.
Les buts poursuivis par ces services sont :
• La sensibilisation, le coaching et/ou la supervision des services
de première ligne
• L’accompagnement des patients à leur domicile
• La coordination du réseau de soins de la personne

Les missions portant sur la sensibilisation, le coaching et/ou la
supervision concernent uniquement les professionnels de la première ligne
de soin : équipes d’aide familiale ou d’aide-ménagère, assistants sociaux
de CPAS, infirmières à domicile, médecins généralistes, etc.

Les SPAD ont donc un rôle d’encadrement à l’égard de ces
divers intervenants et leur viennent en renfort en leur apportant une
compréhension des problématiques psychiatriques auxquelles les patients
sont exposés.

Les deux missions suivantes s’adressent, elles, aux personnes qui
en font la demande. Ainsi, le « soin » consiste entre autres à soutenir le
patient dans son milieu naturel, à participer à l’organisation de son
environnement, du déroulement de sa journée, à favoriser le
développement des contacts sociaux ou professionnels, à l’éclairer dans ses
décisions en matière de traitement et l’utilisation adéquate des services
d’aide existants afin d’éviter les situations de crise et les rechutes
nécessitant une hospitalisation.

Il est toutefois important de souligner que l’encadrement psychosocial reste
léger, les visites ne dépassant pas la fréquence de deux à trois par mois.
Quoiqu’il en soit, l’équipe mettra toujours le patient et sa situation au
départ de l’offre de soins.

En fonction des ressources disponibles sur le territoire au sein duquel il
s’inscrit, chaque SPAD organise la mise en oevre des trois missions de
manière différente, et ce, dans le but de répondre au mieux à la situation
de chaque demandeur. Ainsi, dans certaines zones où les services d’aide
aux personnes sont peu nombreux ou absents, les SPAD sont davantage
focalisés sur le soutien aux patients. En revanche, lorsque le réseau d’aide
autour du patient au sein du territoire est suffisamment dense, le SPAD
s’oriente de préférence vers la mission de coaching et d’accompagnement
des professionnels de terrain.

À ce jour, les SPAD émanant d’Initiatives d’Habitations Protégées
membres de la FFIHP sont au nombre de douze. Ceux-ci couvrent des
territoires situés en région wallonne et en région bruxelloise.